Accueil > LSQ | FR > Collaborations > TraduSigne

TraduSigne

Malgré une croyance trop répandue à l’effet qu’il n’existe qu’une langue des signes « universelle », il en existe plus d’une centaine à travers le monde. Ainsi, la langue des signes québécoise (LSQ) est très différente de la langue des signes française (LSF) ou de la langue des signes de la Belgique francophone (LSBF), tout comme la langue des signes américaines (ASL) est fort différente de la langue des signes britanniques (BSL) ou de la langue des signes australiennes (AUSLAN).

Au Canada, il existe principalement 5 langues des signes : la Langue des Signes Québécoise (LSQ), l’American Sign Language (ASL), la Plain Indian Sign Language (PISL), la Maritime Sign Language (MSL) et l’Inuit Sign Language (ISL ou IUR pour Inuit Uukturausingit). Mais contrairement à une cinquantaine de pays qui ont reconnu leurs langues des signes nationales comme langues officielles, le Québec et le Canada n’en a reconnu aucune comme langues officielles, malgré les pressions de la communauté sourde depuis de nombreuses années.

Fondée en 2010 par Alice Dulude, interprète et chargée de cours au certificat de l’interprétation de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) pendant plusieurs années, TraduSigne [www.tradusigne.ca] est une entreprise rassemblant une équipe de quelques 20 interprètes qui offre plusieurs services en quatre langues — LSQ, ASL, français et anglais. Grâce à la collaboration de Tradusigne, la contribution de collaborateurs et de bailleurs de fonds au projet de Véro Leduc a été traduite en LSQ et ASL.

TraduSigne